Comprendre la filière textile


Développer la récupération et la valorisation
des TLC usagés


Les textiles sont les premiers déchets à avoir été récupérés pour être réutilisés. D’abord transmis dans un cadre familial de génération en génération, les vieux vêtements ont aussi transité via les chiffonniers puis les associations humanitaires. Avec l’avènement de la société de consommation, la production textile – et donc la part de déchets induits – n’a cessé d’augmenter. La filière de la récupération textile a dû s’organiser, donnant naissance à différentes entreprises de collecte et de valorisation. Des process industriels ont été mis au point pour pouvoir traiter et recycler des volumes de plus en plus importants et l’activité s’est professionnalisée.

55 % de la collecte textile assurée par le Relais

Pendant plusieurs années, les opérateurs se sont autofinancés grâce à la revente des vêtements, les bénéfices de cette activité couvrant les dépenses générées par la collecte, le tri et le traitement des vêtements destinés au recyclage. Mais au début des années 2000, la levée des quotas en France pour l’importation de vêtements à bas prix et de faible qualité a provoqué une crise de la filière de récupération textile, la part des déchets augmentant tandis que diminuait la part des vêtements en bon état qui rendent l’activité viable.

Dans ce contexte, le Relais et Emmaüs se sont mobilisés, rejoints par Tissons la Solidarité (réseau du Secours Catholique) pour assurer la pérennité d’une activité qui, déjà à l’époque, donnait des emplois à des centaines de personnes en situation d’exclusion. C’est grâce à leur combat, puis à l’implication de tous les professionnels de la filière, qu’a été instaurée en 2007 l’éco-contribution textile, financée par les metteurs en marché et basée sur le principe de la Responsabilité Elargie du Producteur.

S’en est suivi la création en 2008 d’Eco TLC, l’éco-organisme chargé de créer les conditions propices à une meilleure récupération et valorisation des TLC usagés. Aujourd’hui, le Relais est agréé par Eco TLC qui lui apporte, via l’éco-contribution textile, un soutien financier pour assurer la pérennité de son activité, en particulier le développement des emplois dans le domaine du tri. Eco TLC soutient également des projets de R&D, accompagne les collectivités dans leur plan de prévention des déchets et les aide à sensibiliser leurs citoyens sur les enjeux de la collecte sélective des textiles.

Dans ce cadre, chaque collectivité mettant en place un point d’apport volontaire pour 2 000 habitants perçoit de la part d’Eco TLC un soutien de 10 centimes d’euros par an et par habitant (soit 40 euros environ la tonne collectée).